Faits sur le pansexualisme : Tout ce que vous devez savoir [2022]

Nous avons rassemblé tous les faits intéressants sur le pansexualisme en un seul endroit. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, à quel point il est courant et combien il y a de pansexuels polyamoureux, lisez la suite.

pansexuels - france identifier

Nous avons tous vu les terribles mèmes sur les gens qui transpirent en regardant des ustensiles de cuisine, donc pas de commentaire à ce sujet ici.

Aujourd’hui, nous nous penchons sur un terme relativement nouveau dans le lexique de la sexualité – la pansexualité.

D’où vient-il ? Comment le définir ? Et dans quelle mesure est-il vraiment courant ? Lisez la suite pour le savoir !

Top Faits Pansexuels :

  • Le terme « pansexuel » pour désigner la sexualité a été utilisé très tôt dans la communauté BDSM pour décrire les désirs de jouer avec n’importe qui, quelle que soit son identité sexuelle.
  • Le drapeau de la fierté pansexuelle a été créé sur Internet vers 2010 et son utilisation n’a cessé de croître depuis.
  • 2 % des adultes aux États-Unis s’identifient comme pansexuels.
  • 17% des adultes LGBTQ non binaires sont pansexuels.
  • Le terme pansexuel se distingue d’autres termes comme polysexuel, bisexuel, polyamoureux, androgyne et omnisexuel (bien que le terme omnisexuel soit souvent utilisé de manière interchangeable).
  • Les pansexuels peuvent présenter des niveaux de dépression et d’anxiété plus élevés que les hétérosexuels.
  • Une étude a révélé que 90,8% des personnes pansexuelles étaient dans des relations polyamoureuses. 9,2% étaient dans des relations monogames.

Les débuts de la « pansexualité »

Le terme « pansexuel » est apparu dans les communautés BDSM (bondage et discipline, domination et soumission, et sadisme et masochisme) pour décrire une orientation sexuelle qui se caractérise par une attirance pour tous les genres, sans distinction. Le mot « pansexuel » signifie « tout le monde peut jouer avec tout le monde ». Cette définition est apparue dans les années 1990/2000, ce qui en fait un terme relativement nouveau pour décrire une orientation sexuelle.

Selon l’Institut Kinsey, le mot « pansexualité » pourrait avoir été popularisé par les opposants de Sigmund Freud, qui a inventé ou popularisé le « pansexualisme ». Le « pansexualisme » décrivait l’opinion selon laquelle la plupart des comportements humains proviennent des instincts sexuels et cela remonte au début des années 1900.

Le drapeau de la fierté pansexuelle a été créé sur Internet aux alentours de 2010 et son utilisation a continué de croître depuis. Le drapeau comporte trois barres horizontales, qui sont similaires, mais distinctes du drapeau de la bisexualité. La pansexualité est donc une orientation sexuelle reconnue et de plus en plus visible dans la communauté LGBTQ+.

Qu’est-ce que la pansexualité ?

La pansexualité est une identité sexuelle qui se caractérise par l’attirance envers les personnes, quels que soient leur sexe biologique, leur expression de genre et leur orientation sexuelle. Cela signifie que les pansexuels peuvent être attirés sexuellement, émotionnellement, romantiquement ou spirituellement par des personnes de tous les sexes et de toutes les identités de genre. Cette orientation sexuelle est relativement récente et a été popularisée dans les communautés BDSM.

Contrairement à la notion traditionnelle de genre binaire (homme/femme), la pansexualité reconnaît que le spectre des genres est fluide et flexible. Ainsi, chaque personne peut se situer n’importe où dans ce spectre à tout moment, sans être limitée par les normes sociales.

Les pansexuels sont moins susceptibles de déclarer une préférence en fonction du sexe, comme cela a été observé dans une étude. En effet, les personnes bisexuelles et queer ont déclaré avoir une préférence dans respectivement 36,8 % et 33,3 % des cas, tandis que seulement 11,8 % des pansexuels ont déclaré avoir une préférence envers un sexe particulier. Ainsi, l’identité sexuelle est moins importante pour les pansexuels que pour les personnes bisexuelles ou queer.

La pansexualité est-elle courante ?

pansuels - qui est concerne

La pansexualité est une identité sexuelle relativement récente, mais elle est de plus en plus reconnue et adoptée par de nombreuses personnes qui la considèrent comme plus précise pour décrire leur manière d’aimer. Les chiffres montrent que cette orientation sexuelle n’est pas marginale.

Selon une enquête menée en 2018 aux États-Unis, 14% des jeunes LGBTQ âgés de 13 à 17 ans se sont identifiés comme pansexuels. Cette proportion est plus élevée chez les adultes qui s’identifient comme transgenres, non-binaires ou gender-fluides/non-conformes, où 17% d’entre eux se déclarent également pansexuels.

Au niveau mondial, 1% de la population s’identifie comme pansexuelle, selon une étude de l’IPSOS menée en 2021. Les États-Unis sont actuellement le seul pays où plus de 2% de la population se déclare pansexuelle.

En ce qui concerne la répartition des jeunes qui s’identifient comme pansexuels selon leur identité de genre, les chiffres d’une enquête menée en 2019 révèlent que 11% des filles, 9,4% des garçons et 25,8% des personnes non-binaires s’identifient comme pansexuelles.

Enfin, une étude menée en 2021 par l’Institut Williams de l’École de droit de l’UCLA montre que 17% des adultes LGBTQ non binaires sont pansexuels. Ces chiffres témoignent de la diversité des identités sexuelles et de l’importance de reconnaître et de respecter les différentes façons d’aimer et de s’identifier.

Stigmates et défis auxquels les pansexuels sont couramment confrontés

pansexuels - defis et stigmate confrontee

La pansexualité est une orientation sexuelle qui fait partie de la communauté LGBTQ+ et qui est souvent mal comprise et stigmatisée. Les pansexuels sont souvent confrontés à des idées fausses selon lesquelles leur orientation sexuelle n’est pas réelle ou n’est qu’une tendance chez les jeunes. Ils sont également confrontés à des stigmates selon lesquels ils sont confus quant à leur propre identité, ont des mœurs sexuelles légères et sont toujours polyamoureux.

En plus des défis auxquels est confrontée la communauté LGBTQ+ dans son ensemble, les pansexuels sont également confrontés à des problèmes spécifiques. Selon une étude, les pansexuels ont des niveaux moyens plus élevés de dépression et d’anxiété que les hétérosexuels. Les étudiants universitaires pansexuels ont des niveaux modérés de dépression et d’anxiété, ce qui est plus élevé que chez les hétérosexuels.

pansexuels - depression et anxiete

Les pansexuels font également face à la victimisation en raison de leur identité d’orientation sexuelle. Les hommes pansexuels ont signalé avoir subi des insultes verbales ou des menaces de violence physique trois fois ou plus, tandis que les femmes et les personnes non binaires pansexuelles ont signalé en moyenne une fois ou deux de telles expériences.

De plus, les pansexuels peuvent ressentir de la stigmatisation intériorisée, qui est un sentiment négatif envers leur propre identité d’orientation sexuelle. Les femmes, les hommes et les personnes non binaires pansexuels ont signalé des niveaux faibles de stigmatisation intériorisée.

En somme, les pansexuels sont confrontés à des stigmates et des défis qui leur sont propres en raison de leur orientation sexuelle. Il est important de reconnaître et de comprendre ces problèmes pour soutenir la communauté pansexuelle et lutter contre la discrimination.

Idées fausses courantes sur les pansexuels par rapport aux autres termes sexuels

La pansexualité est souvent confondue avec d’autres termes, mais il existe des distinctions importantes à connaître. Par rapport à la bisexualité, la pansexualité ne se limite pas au genre binaire et peut englober l’attirance envers toutes les identités de genre. Les personnes bisexuelles, quant à elles, sont attirées par deux ou plusieurs genres, mais pas nécessairement tous. Certaines personnes pansexuelles peuvent choisir de s’identifier comme bisexuelles pour faciliter la compréhension par autrui.

Le terme « polysexuel » est similaire à la bisexualité et englobe l’attirance envers plusieurs genres, mais pas nécessairement tous. La pansexualité est plus large que la polysexualité, puisqu’elle englobe l’attirance envers tous les genres sans exception. L’omnisexualité est également un terme désignant l’attirance envers tous les genres, mais contrairement à la pansexualité, le genre joue un rôle dans l’attraction pour les personnes omnisexuelles.

L’androgynie, quant à elle, est une expression de genre et non une orientation sexuelle. Les personnes androgynes peuvent afficher des caractéristiques à la fois masculines et féminines, sans que cela ne définisse leur identité de genre ou leur préférence sexuelle. Une personne androgyne peut être pansexuelle ou non.

Enfin, le polyamour se réfère à l’engagement ou au désir de s’engager dans plusieurs relations amoureuses simultanément. Les personnes de toutes orientations sexuelles peuvent être impliquées dans des relations polyamoureuses, et cela ne définit pas leur attirance envers les genres spécifiques.

Polyamoureux vs Pansexuels

pansexuels - polyamour vs monogamie

Le polyamour et la pansexualité sont des concepts distincts, mais il existe un certain chevauchement entre les deux. Le polyamour fait référence à la pratique d’avoir ou de vouloir avoir plusieurs relations amoureuses simultanées, tandis que la pansexualité désigne l’attirance envers toutes les identités de genre. Selon une étude publiée dans les Archives of Sexual Behavior en 2019, 90,8 % des personnes pansexuelles étaient impliquées dans des relations polyamoureuses, tandis que 9,2 % étaient dans des relations monogames.

Parmi les 435 pansexuels étudiés, 40 étaient monogames et 395 étaient impliqués dans des relations polyamoureuses. Les configurations de ces relations polyamoureuses se répartissaient comme suit : 54,68 % des relations étaient de type primaire-secondaire, 20,76 % étaient co-primaires et 24,56 % étaient non-primaires.

Dans une relation primaire-secondaire, il existe une relation primaire avec une interdépendance plus importante, comme le partage d’une résidence, des finances et éventuellement des enfants, ainsi qu’une ou plusieurs relations secondaires moins interdépendantes. Les relations co-primaires sont celles où tous les membres sont des partenaires égaux, sans hiérarchie entre les partenaires. Enfin, une relation non primaire est une structure relationnelle dans laquelle aucun partenaire n’est identifié comme étant primaire.

Conclusion

Nous espérons que ce petit article a permis de dissiper les confusions que vous pouviez avoir sur la pansexualité et ce qu’elle signifie.

Même s’il s’agit d’un terme relativement nouveau en termes de définitions de la sexualité, un nombre croissant de personnes l’utilisent pour se désigner elles-mêmes. Il s’agit donc d’une définition pertinente que nous devrions tous connaître.

Laisser un commentaire